In critique littéraire Dons Enquêtes Fantastique Litterature Littérature livres Mangas Mystères Pouvoirs Thriller

Erased de Kei Sanbe

Coucou ♥ comment allez-vous ?

J'espère que vos vacances d'été se passent bien ? Pour ma part, je profite du fait que mon travail est au point mort pour rattraper mon retard dans mes lectures. Si vous me suivez sur les plateformes tel que livraddict, babelio ou booknode, vous avez dû voir que ma PAL est passée de 69 à 93 ! Aussi, je participe à un challenge qui me permet d'avoir un bonus dès que j'ai lu cinq livres. Ce bonus, me permet d'acheter un livre par tranche de 5 livres lus, intéressant non ? Comme ça, je peux quand même continuer d'acheter, mais plus modérément.

Bref, pour notre article du jour, on se retrouve avec une critique littéraire. On va parler manga (ça fait une éternité, je crois que je n'ai pas lu de mangas), il m'a été envoyé dans ma box le Petit Colibri, il y a plusieurs mois, maintenant.

Titre du manga : Erased
Auteur du manga : Kei Sanbe
Sortie en France : 3 Juillet 2014
Éditeur : Kion
Type de livre : Manga (Thriller, Fantastique)
Nombre de pages et de tomes sortis : 196 pages, il y a 9 tomes.
Résumé de la quatrième de couverture : Nous sommes en 2006. Satoru Fujinuma est un mangaka qui n'arrive pas à faire décoller sa carrière. Pour arrondir ses fins de mois, il travaille comme livreur de pizza. Réservé, Satoru ne s'ouvre pas au monde qui l'entoure. Pourtant, il a la capacité de revenir quelques minutes en arrière avant qu'un accident ne se produise. Un jour, à la suite d'un événement soudain, Satoru est ramené 18 ans auparavant, quand il était encore à l'école primaire, lui donnant ainsi la possibilité d'arrêter un criminel qui avait enlevé et assassiné trois de ses camarades.

Introduction
Erased a été scénarisé et illustré par Sanbe Kei, c'est son dernier manga publié en 2014 (en France). Il a écrit d'autres mangas dont Le berceau des esprits (2011) ou encore Testarotho (2003). Il est connu pour ses traits fins et voluptueux, ainsi que pour ses héroïnes très sexy. Dans ce manga, on suit l'histoire de Satoru Fujinuma, qui possède un don assez particulier : remonter le temps pour empêcher un incident de se produire. Bien évidemment comme tout pouvoir, celui-ci à ses limites, comme on pourra le constater dans l'histoire. C'est quelqu'un de très réservé, qui a dû mal à se socialiser avec les autres. Cela se passe au Japon (normal, c'est un manga haha, ce cliché !) et on oscille entre présent et passé. Un jour, alors que le même moment semble se répéter, il tente de trouver l'élément dangereux afin d'arrêter cette "boucle temporelle", mais en faisant cela, il se retrouve lui-même victime d'un accident et se retrouver à l'hôpital..

Histoire
Satoru tente tant bien que mal de percer dans le milieu très dur du manga. Mais il a beau faire des efforts, ce n'est jamais suffisant et les maisons d'édition refusent toute de le publier. Prétextant un manque de sentiments que le lecteur est censé ressentir. Il finit par se demander si ses histoires ne manquent pas d'émotions, parce qu'il se sent vide à l'intérieur. C'est une problématique intéressante qui est développée dans ce premier tome. Au fil de l'histoire, on apprend ce qu'est son don, qu'il nomme "rediffusion", car quand un incident se produit, une boucle temporelle se créer l'obligeant à revivre la même scène, jusqu'à ce qu'il trouve l'élément dangereux et le supprime, sauvant ainsi la vie d'une ou plusieurs personnes au passage. Peu après que son pouvoir se mette en fonctionnement, il se retrouve victime d'un incident qui le met hors course pendant 48h. C'est sa collègue Airi qui lui explique un peu ce qui s'est passé, même s'il se rappelle de tout l'évènement. Moins d'une semaine plus tard, son don se manifeste de nouveau et il trouve cela étrange. On sent qu'il se pose des questions et quand sa mère débarque, le scénario gagne en humour.

En l'espace d'une semaine, il revit deux rediffusions et il trouve que ça commence à faire beaucoup. Il se replonge dans son passé, qui à la suite de son accident, remonte à la surface. Il se souvient d'une certaine période de son enfance, lorsqu'il était au cm2 et que des enfants de son entourage se faisaient kidnapper et plus tard, on a découvert qu'ils avaient été tués. Après avoir découvert l'élément déclencheur de son pouvoir : l'empêchement d'un kidnapping, il se replonge dans ses souvenirs, persuadé que ça a un lien avec ce qui se passe maintenant. La mère du héros semble également en savoir plus qu'elle ne lui dit et d'ailleurs, elle va se retrouver dans de beaux draps après que le tueur ait compris qu'elle savait qu'il était. Dans un effort désespéré pour sauver la femme qui l'a mit au monde, Satoru décide de se servir de son pouvoir pour revenir quelques minutes en arrière. Malheureusement, il se retrouve projeté dans le passé. Cette fameuse année, où enfant, certains de ses camarades ont disparu et ont été assassinés...

Personnages
Satoru Fujinuma est le protagoniste principal, pourtant, il n'a rien du héros typique. Il n'est ni adulé, ni spécialement apprécié, pourtant, il attire la sympathie et la bienveillance des gens. Il est très renfermé sur lui-même et ne se mêle pas spécialement des gens qui l'entourent. Le fait qu'il persiste dans son idée de devenir mangaka, de ne pas abandonner et baisser les bras malgré les nombreux refus, montre une grande force morale et j'admire cela. Il montre que peu importe les obstacles, si l'on a un objectif, faut continuer pour y arriver. Je me suis attachée à lui, je me suis mise à l'encourager, à vouloir le voir réussir, à le voir trouver les réponses à ses questions.  Un héros atypique qui donne envie de poursuivre son histoire.

Airi Katagiri, c'est la lycéenne et collègue de Satoru. Ils travaillent tous les deux dans la même pizzeria et c'est la seule qui prend la peine de se déplacer pour prendre de ses nouvelles après son accident. Elle prend même sa défense et raconte ce qui s'est réellement passé à leur patron, de sorte que Satoru n'est pas d'ennui dû au scooter fracassé à la suite de la collision avec le camion. Elle semble avoir un réel respect pour lui et elle essaye par tous les moyens de le dérider. Sa façon d'agir est tantôt gamine, tantôt adulte, on sent qu'elle est mature, mais qu'elle garde son côté enfant. Elle est d'ailleurs très curieuse lorsqu'elle apprend pour le manga de son collègue. Elle est surprise, car elle ne s'attendait pas à cela venant de sa part. C'est un vrai moulin à paroles et elle exaspère parfois le héros, mais c'est très drôle leur relation. Je l'apprécie beaucoup, elle apporte une réelle touche de frais à ce livre.

Sachiko Fujinuma, la mère de Satoru est une femme forte, indépendante, déterminé et ferme, qui a parfois du mal à montrer ses sentiments à son fils. Pour autant, elle aime son fils d'un amour inconditionnel, la preuve  lorsqu'elle part de son petit village d'Hokkaidô jusqu'à la capitale de Tokyo pour prendre soin de son enfant après son accident. Satoru la prend pour une sorcière qui ne vieillit pas, car d'après lui, elle n'aurait pas changé depuis son enfance. Même Airi, lorsqu'elle la rencontrera pour la première fois, la prendra pour la sœur du jeune homme et pas pour sa mère.  On sent qu'elle a à cœur de protéger sa progéniture par tous les moyens possibles. Lorsqu'elle comprend ce qui se passe, elle préfère ne rien lui dire et s'occupe seule de faire ses recherches, ce qui lui vaudra d'être dans le pétrin. Je trouve cela chouette de voir une femme qui s'affirme comme tel, qui n'est pas nunuche et surtout qui garde la tête froide et sait se débrouiller. J'adore ce personnage et ses répliques m'ont parfois fait mourir de rire. C'est un personnage intéressant qui amène de la couleur et enrichit le scénario.

Bref, vous l'aurez compris, j'aime beaucoup les personnages de ce manga d'une manière générale et pour moi c'est ce premier point qui est important pour faire une bonne histoire et qui va me permettre d'accrocher ou non au livre.

Écriture
Vu que c'est un manga, on a souvent du dialogue, même si l'on a quelques explications pour nous aider à comprendre l'histoire. C'est fluide, ça s'enchaîne rapidement, on ne s’ennuie pas. L'écriture se suffit à elle-même (avec les dessins) pour qu'on comprenne où veut en venir l'auteur. Les mots utilisés sont clairs et compréhensibles, le vocabulaire employé est assez riche, on n'a pas de répétition trop lourde. J'aime beaucoup sa plume et sa façon de nous tenir en haleine, de nous dévoiler que certaines brides d'informations, cela nous permet de vouloir en savoir plus, de nous "obliger" à poursuivre notre lecture pour découvrir le fin mot de l'histoire.

Scénario
Le thème est bien respecté, il s'agit d'un thriller avec du fantastique, il y a aussi une part d'enquête et de suspense. On est très vite pris dans l'histoire, l'auteur sait comment tourner le manga pour susciter notre intérêt et faire en sorte que l'on dévore cette œuvre littéraire.  Les dessins sont bien faits également et cela nous aide à nous plonger plus facilement dans le scénario, on est directement immergé dedans. Je suis fan et l'effet papillon utilisé comme thème principal est très bien choisi.

Fin
Ce premier tome s'achève avec la mort d'un personnage du coup le héros décide d'user pour la première fois de son pouvoir à des fins personnelles afin d'empêcher cela. Malheureusement, il arrive trop tard, ce qui nous montre aussi les limites de son don. Pour autant, il ne baisse pas les bras et réessaie une deuxième fois. Cette fois-ci, il réussit, mais à un petit détail près : il se retrouve dans le passé en 1988, soit à l'époque où il n'était qu'un enfant, en cm2. Il va alors devoir tout mettre en œuvre pour découvrir ce qui s'est réellement passé cette année-là et savoir qui est derrière tout cela. J'ai bien aimé la fin, même si c'était prévisible à partir de la mort du personnage.  Je suis un peu déçue qu'ils aient choisi de le faire mourir, mais après, c'est dans la logique des choses, car sans cela, Satoru ne remonterait pas dans le passé, ne pourrait pas découvrir l'identité de l'assassin, bref, un véritable effet papillon.

Conclusion
J'ai bien aimé l'histoire, qui est bien écrite et ficelée, les dessins sont très bien fait, visuellement, c'est très joli et harmonieux. J'ai bien aimé les personnages, ils nous font ressentir des émotions, on se sent proche d'eux, on s'identifie à eux. L'écriture fluide, les actions qui s'enchaînent, on ne s’ennuie pas. L'humour est présent, du coup, malgré le côté un peu sombre du manga, cette touche humoristique est le bienvenu. La box le petit collibri a bien respecté les thèmes que j'avais demandés donc on est parfait à ce niveau. La fin est top aussi même si j'aurai s aimé que ce soit un peu moins...prévisible. J'ai adoré ce premier tome et vu que mes questions sont restées sans réponse, j'ai hâte de lire le prochain tome et je vais courir me l'acheter sans aucun doute ! Merci beaucoup pour cette découverte !

Note
Global: 10/10 (Superbe) 
 Scénario: 10/10 (Superbe) 
Écriture: 10/10 (Superbe) 
Suspense: 7/10 (Bon) 
Originalité: 10/10 (Superbe) 
Additivité: 9/10 (Excellent) 
 Pédagogie:
 Créativité: 9/10 (Excellent) 
Personnages: 9/10 (Excellent) 
Humour: 9/10 (Excellent)
Fin: 9/10 (Excellent)

Nous voici arrivés à la fin de cette chronique, j'espère que ça t'a plu ? Tu connaissais ce manga ? Qu'en penses-tu ? As-tu déjà entendu parler de l'anime ? Si oui, l'as-tu regardé ? Qu'en as-tu pensé ? Que penses-tu de cette histoire ? N'hésite pas à répondre à ces questions dans les commentaires et à échanger avec moi. J'aime beaucoup savoir ce que vous pensez ! En attendant mon prochain article, je vous fais des bisous et prenez soin de vous !

PS: Image par StockSnap de Pixabay

Read More

Share Tweet Pin It +1

2 Comments

In babelio bibliothèque virtuelle booknode challenge livresque lecture Livraddict numérique organisation web

Mes bibliothèques virtuelles

Coucou mes chats ♥, j'espère que vous allez bien ?

Je sais que ça fait très longtemps que je n'ai pas écrit sur le blog, je m'en excuse. Je vais essayer de reprendre mon rythme normal à savoir un article toutes les deux semaines et une vidéo toutes les deux semaines. D'ailleurs, en parlant de vidéo, j'en ai sorti une il y a trois semaines, il s'agit d'un unboxing sur le thème Harry Potter (ici). Foncez voir la vidéo si vous aimez l'univers !

Passons au sujet du jour : les bibliothèques virtuelles. Il existe de nombreux sites pouvant référencer les livres que l'on a. À l'ère du numérique que nous connaissons aujourd'hui, je trouvais sympa de vous faire partager les sites sur lesquels tous les livres de ma bibliothèque sont référencés. Afin que lorsque j'achète un roman ou que l'on m'en offre un, on puisse voir d'un coup d'oeil si je l'ai ou non. Je vais vous en présenter trois que j'utilise pour certains depuis longtemps pour d'autres plus récents.

Booknode

C'est le site () où je suis inscrite depuis le plus longtemps. On peut renseigner sa bibliothèque (par ici pour la mienne) dans différentes listes selon notre appréciation du livre, on peut aussi créer des sous-dossiers pour regrouper les livres d'une même saga ensemble ou d'un même auteur, etc. On peut y ajouter une date de lecture (début et fin), lui mettre une note selon certains critères, laisser un commentaire, des extraits, etc. C'est un site relativement complet avec des recherches par thème, sous-thème, etc, on a également, les dates de sortie des prochains livres. Une partie forum plutôt bien développée, des quizz, une chatbox, plein de petits guides pour se repérer sur le site après notre inscription. Ils ont fait le même genre de site pour référencer les films (ici).

Livraddict

Je l'ai découvert tout récemment (). On n'a là encore pas mal de catégories (lecture en cours, saga littéraire, PAL, Wishlist, ceux qu'on a abandonnés, etc). On peut voir notre progression livresque (ma biblio ici) avec une petite barre qui se remplit à mesure qu'on lit le livre (en renseignant le nombre de pages lues). On peut y renseigner, notre blog, notre chaîne YouTube, nos réseaux sociaux et puis s'abonner aux gens qui ont des lectures semblables aux nôtres pour découvrir de nouveaux romans. On peut faire part de nos avis, y mettre le lien vers notre chronique complète (pour ceux qui ont un blog ou une chaîne). Il y a aussi une partie forum où l'on peut échanger sur nos lectures, faire des jeux, des challenges, etc. On peut mettre s'en remettre au hasard pour choisir son nouveau livre à lire ou à acheter lorsqu'on n'arrive pas à se décider (un vrai plus selon moi).

Babelio

Pareil que pour L.A, je me suis inscrite récemment. Il est moins développé que ces confrères () (pas de partie forum, pas de jauge de progression de lecture, mais on a la possibilité de mettre les livres qu'on a empruntés et ceux que l'on nous a prêtés. On peut publier des critiques, des citations, il y a des quizz aussi. On a des badges et un défi lecture que l'on peut ou non faire. Chacun des sites que j'ai présenté se complète et c'est la raison pour laquelle je suis sur les trois. Mon profil babelio (ici)

Personnellement, je suis ravie de ces sites, il en existe bien d'autres, mais ce sont ceux que j'utilise et que je trouve moi le plus approprié à mon utilisation. Sur ce, j'espère que cette chronique vous a plu ? N'hésitez pas à me dire quelles sont les bibliothèques virtuelles que vous utilisez en commentaire et à développer en donnant leurs points forts et faibles ! Connaissiez-vous ces sites ? Si oui, qu'en pensez-vous et est-ce que vous les utilisez ? Dites-moi cela en commentaire ! Je vous souhaite une bonne journée et je vous dis à très vite pour un nouvel article. Prenez soin de vous !

Read More

Share Tweet Pin It +1

14 Comments

In critique littéraire Fantastique Horreur Litterature Littérature Littérature américaine livres Monstres Nouvelle Psychologie Stephen King Suspense

Brume de Stephen King

Coucou mes amours ♥ Vous allez bien ?

Aujourd'hui, on se retrouve pour la dernière chronique littéraire que je vous ai parlée dans ma vidéo Update lecture (ici). Je vous conseille d'aller la voir si vous préférez un bref résumé de ce que j'ai pensé de cette nouvelle. Je tiens également à vous remercier pour être toujours plus nombreux à lire mon blog et aller voir mes vidéos sur ma chaîne ! En parlant de chaîne Youtube, j'ai publié une nouvelle vidéo, je vous parle de ma PAL du mois de mai (), n'hésitez pas à aller y jeter un oeil :)

Brume de Stephen King est un recueil de nouvelles publié en 1987 aux éditions Michel Albin, il s'agit de son troisième recueil qui ne regroupe pas moins de 20 nouvelles différentes dont Brume qui est la plus longue de l'ouvrage.

Titre du livre : Brume
Auteur du livre : Stephen King
Sortie en France : 7 juin 2006
Éditeur : Michel Albin
Type de livre : Roman (Horreur, Fantastique)
Nombre de pages : 862 pages, dont 200 consacrées à la nouvelle brume dont je vais vous parler juste après
Résumé de la quatrième de couverture : Imaginez une brume qui s'abat soudainement sur une petite ville, une brume si épaisse que les clients d'un supermarché hésitent à en ressortir. Il n'en fait pas davantage au maître de l'épouvante pour nous plonger dans le cauchemar avec un réalisme hallucinant. Chacune des nouvelles de ce volume possède le même pouvoir ensorcelant. Vous serez terrifié par un petit singe en peluche qui joue des cymbales. Vous redouterez de voir surgir le fantôme d'un...camion. Vous saurez de quoi est capable un naufragé solitaire, lorsque la faim le tenaille et que la drogue décuple son courage.
L'art de faire surgir l'effrayant ou le surnaturel au cœur d'un monde rassurant et prosaïque... Les superbes décors du Maine, où vit Stephen King, se révèle une fois encore peuplé de sortilèges et de malédictions.

Introduction
Alors que le calme revient après une tempête qui a fait de multiples dégâts dans la ville, une étrange brume semble persister. D'abord aux abords du lac, cette dernière va peu à peu s'étendre, bloquant plusieurs habitants dans un supermarché. On suit David avec son fils Billy qui vont devoir survivre non seulement à de monstrueuses créatures qui se cachent dans la brume, mais également aux gens enfermés avec eux qui vont commencer à disjoncter.

Mon avis
On suit la famille Drayton qui se cache dans le sous-sol de leur maison, tandis qu'une violente tempête s’abat sur leur ville. Le lendemain, ils constatent les dégâts, plus d’électricité, les radios ont du mal à faire tourner les programmes, et une mystérieuse nappe de brouillard couve le lac. Laissant le soin à sa femme, Steffy de ranger la maison, cette dernière, lui donne une liste de courses et David part avec son fils Billy et leur voisin Brenton Norton, un avocat. Les lignes téléphoniques sont inutilisables et M. Drayton ne peut pas joindre sa femme. Alors qu'ils font les courses dans le supermarché, un événement étrange survint.

Un homme ensanglanté annonce que quelqu'un s'est fait emmener en hurlant par quelque chose de grand. La brume semble s'être déployée encore plus et entoure tout le bâtiment, maintenant. Au fil du temps, ils vont découvrir que d'horribles choses se cachent et attaquent dans le brouillard qui semble s'épaissir. Aucune fuite ou sortie possible. Et ils doivent aussi camoufler toute entrée, car certaines bestioles semblent vouloir entrer dans le magasin. De nombreuses pertes sont à déplorer et c'est loin d'être terminé. Dans le même temps, une vieille femme, Mme Carmory, l'antiquaire du coin semble être la seule à garder son énergie et essayer de convaincre des personnes de faire un sacrifice humain, car c'est la seule chose qui leur ouvrirait une porte de sortie.

Pendant un temps, personne ne semble la prendre au sérieux, mais lorsqu'une première expédition dans la brume se solde par la mort de cinq personnes et qu'une seconde, seulement trois d'entre eux reviennent en vie, les choses se gâtent. La vieille folle semble réussir à retourner le cerveau de plusieurs personnes et dans pas longtemps, ils devront choisir la personne à sacrifier. Les survivants et qui ne sont pas encore tombés dans cette folie n'ont plus qu'un seul choix: prendre la fuite avant de se faire tuer par la folle et ces disciples. Mais cela signifie affronter la brume et les terribles monstres qui n'attendent qu'une chose : les tuer.

Comment vont-ils s'en sortir ? Combien d'entre eux vont survivre ? Jusqu'où la brume s'est étendue ? Et la question primordiale, existent-t-il des survivants autres qu'eux ? Personnellement, j'ai trouvé l'histoire tellement vraie, on était dans quelque chose de réel qui s'est progressivement transformé en un cauchemar vivant ! Stephen King a le don de nous dépeindre un endroit qui de prime abords semble sain, sécuritaire pour au final le transformer en un théâtre d'horreur. J'ai plongé dedans avec les personnages, j'avais l'impression de vivre la chose avec eux.

Les personnages sont vraiment le point fort de ce roman. Ils ont tous diverses réactions et chacun réagit différemment à ce qui se passe. Il y a ceux qui vont vouloir se battre, se défendre pour essayer de survivre, ceux qui vont vouloir prendre la fuite, ceux qui vont vouloir sagement attendre que ça se passe et puis, il y a ceux qui sombrent dans la folie. Ce sont ces derniers qui sont les plus dangereux.  David Drayton, c'est le héros principal de l'histoire. Père de famille, mari attentionné, on sent que malgré la terreur que lui inspire ces choses tapies dans le brouillard, sa famille compte plus que tout et qu'il est prêt à tout pour les protéger, mais pour les revoir. Sa femme restée chez eux, il se retrouve coincé avec son fils, Billy au supermarché et durant toute l'histoire, il ne songe qu'à elle, si elle est toujours en vie, si elle a réussi à se mettre à l'abri.

Et je pense que c'est cela qui va le maintenir en vie et le fait qu'il doit tout faire pour protéger son enfant. Il est combattif, il a un mental très fort. Vu les horreurs qu'il a eu l'occasion d'apercevoir, il réussit tout de même à rester debout et à vouloir se battre. Même s'il perd espoir, il se ressaisit, car il n'est pas seul, il doit tout faire pour que Billy puisse vivre un jour, sans ces créatures cauchemardesques. Il m'a touché et je me suis beaucoup attachée à lui. Il a une âme de leader qui pousse naturellement les gens à l'écouter, mais aussi à le suivre. On en aura la preuve à plusieurs reprises, même si certains semblent assez réticents. Mais il reste très humain, et même s'il semble une bonne personne, il fait parfois des erreurs, mais je lui pardonne parce que lorsqu'on a peur, qu'on pense être sur le point de mourir, qu'on semble penser qu'on a plus de perspective d'avenir, on peut faire des choses stupides. C'est normal, c'est humain.

Billy Drayton, pour un gamin de son âge, c'est étonnant de voir comment il s'adapte à cette situation cauchemardesque. Je le trouve très courageux, surtout lorsque son père le laisse et part pour une mission "suicide". Il tente de le dissuader de le faire, mais il voit bien que David a déjà prit sa décision. Il ne pleure pas, mais il sent qu'il ne reverra pas son paternel.  Il ne veut même pas le voir partir, sa peur est palpable et compréhensible. C'est un gosse, il ne sait pas ce qu'est devenue sa maman et si celle-ci est encore en vie, alors voir le dernier membre de sa famille partir et le laisser, même pour le protéger, c'est au-dessus de ses forces. Ce petit, je me suis attachée et je me suis mise à espérer qu'il s'en sorte, à vouloir le protéger aussi, de toutes ces choses horribles. Il ne devrait pas avoir à affronter cela. Il semble très en avance pour son âge et comprendre les choses qu'ils ne devraient pas forcément savoir.

Steffy, femme de David, mère de Billy, elle est présente au début de la nouvelle. Elle semble être quelqu'un de très protectrice envers son fils et son mari. Intelligente, elle semble cependant accordée un crédit assez important à ce que raconte la vieille femme, Mme Carmody.  On ne sait pas ce qu'elle devient, ni si elle s'en sort, ni si elle revoit sa famille, rien. C'est un peu dommage, car j'aurai aimé un petit happy-end. On sait juste qu'elle est restée à la maison, qu'elle devait finir de la nettoyer. Espérons qu'elle aura réussi à survivre et qu'elle finira par retrouver son fils et son mari. Je n'ai pas spécialement d'affinité pour ce personnage, car, il n'est pas omniprésent, comme les deux autres.

Je n'ai pas spécialement aimé l'avocat, Norton, il change d'avis comme de chemise, il semble faire un effort pour tolérer David et au final, il redevient comme il était avant : un con. Dans la série des personnages que je n'ai pas aimé, il y a bien sûr: Mme Carmody. Cette vieille folle semble tirer son énergie des autres, elle arrive à retourner le cerveau des gens grâce à ces mots et leur faire faire les pires atrocités. Une sorcière, mais pas une gentille quoi. Le sacrifice humain, c'était son idée d'ailleurs. Elle n'est pas très nette, n'est-ce pas ?

L'auteur a un style d'écriture plutôt fluide, le début est peut-être un peu long à se mettre en place, mais lorsqu'on rentre dans l'action, on a plus trop d’accalmie. On est emporté dans un tourbillon d'émotion, de sentiments, comme si on plongeait dans une mer en pleine tempête, vous voyez le genre ? Il y a certains mots que je ne connaissais pas, mais dans l'ensemble, c'est compréhensible. Stephen King a un style unique qui lui permet de nous immerger dans une histoire qui au premier abord semble normale et retourne la situation pour nous donner un univers limite apocalyptique, avec du fantastique, de la peur, de la paranoïa, de l'angoisse. Il a les mots justes, et il sait quoi dire, ou quoi faire au bon moment. Il a un talent fou !

Pour ce qui est du scénario, je trouve qu'il est bien travaillé, il y a certains clichés bien sûr, je pense notamment aux réactions de certains personnages. Et c'est normal, il s'inspire vraiment du ressenti que nous-mêmes pourrions avoir dans un cas pareil. On passe par tellement de sentiments différents à mesure de la lecture de cette nouvelle. Et le fait qu'il reste parfois vague sur les descriptions, fait que notre imagination travaille pour nous créer des choses encore plus terrifiantes. Je pense qu'il compte dessus ! Moi qui ai beaucoup d'imagination, je peux vous dire que c'est d'autant plus flippant ! L'histoire est très immersive et on se prend dedans, j'étais tellement addicte, que j'ai eu beaucoup de mal à m'en décrocher et quand je suis arrivée à la fin, je me suis dit : "C'est tout ?!" J'avais envie de savoir ce qu'il allait leur arriver, s'ils finiraient par s'en sortir, si tout reviendrait à la normale, etc.  J'ignore comment il fait pour avoir ce genre d'idées et comment il arrive à faire pour nous dépeindre toutes ces horreurs, mais clairement, je suis absolument fan de ce style.

Pour le coup, le lecteur reste sur sa faim. C'est à notre appréciation de terminer ou non la nouvelle comme on le souhaite. Il reste très évasif sur la fin pour nous permettre d'imaginer, comme cela peut se terminer. Personnellement, j'aime les happy ends et j'aimerai vraiment que David et Billy retrouve Steffy et qu'il existe un endroit en sécurité pour qu'ils puissent vivre tranquillement. Qu'ils n'aient plus peur, qu'ils puissent enfin poursuivre leur existence avant que toutes ces horreurs ne surgissent. Je n'aime pas trop comment ça se termine un peu en queue de poisson, je préfère une fin bien définie, mais dans ce cas précis, je pense que ça ne serait peut-être pas aussi joyeux que ce que je peux espérer. 

Conclusion
Je n'ai lu que la première nouvelle de ce roman, donc je ne parle que d'elle dans cette critique. Les deux points forts de cette histoire, ce sont: les personnages et l'histoire. Des personnages auxquels on s'attache, qui sont très proches de nous avec des réactions différentes les uns des autres. Stephen King connaît la psychologie humaine et le retranscrit à la perfection dans ces œuvres. L'histoire est intéressante, intrigante, on veut toujours en savoir plus et quand cela vire au cauchemar, même si c'est affreux, terrifiant, on veut aller jusqu'au bout pour savoir s'ils vont s'en sortir. On se surprend à ressentir les mêmes émotions qu'eux, comme si on y était. Il fait très fort ! Je suis conquise par cette nouvelle. J'adore son style et j'embarque quand vous voulez dans une de ces aventures ! Le format de la nouvelle diffère de ce que je lis d'habitude et j'avoue avoir été un peu mitigée pour la fin, car je m'attendais vraiment à une fin nette, précise, comme c'est le cas dans Shining par exemple. Mais là, c'est à nous de nous faire notre propre fin (même si ce n'est pas déplaisant), ça reste surprenant. J'adore !

Citations qui m'ont marqué
«La terreur est l'élargissement de la perspective et de la perception.»
«Elles vont attendre dans la brume...Et si vous n'arrivez pas à rentrer, elles vont vous manger. Comme dans les histoires.»
«Une femme ce qu’elle désire surtout, c’est ne rien devoir à personne.»
«J'avais la forte impression de n'avoir encore jamais vu de brume exactement comme celle-là. En partie à cause de l'aspect parfaitement rectiligne de son front. Rien n'est jamais aussi régulier dans la nature; c'est l'homme qui a inventé les lignes droites.»
Note
Global : 8,6/10 (Très bon)
Scénario : 10/10 (Superbe)
Histoire : 10/10 (Superbe)
Écriture : 8/10 (Très bon)
Suspense : 10/10 (Superbe)
Originalité : 9/10 (Excellent)
Additivité : 10/10 (Superbe)
Pédagogie : -
Créativité : 9/10 (Excellent)
Personnages : 7/10 Bon)
Humour : 6/10 (Satisfaisant)
Fin : 7/10 (Bon)

Cette chronique touche à sa fin, merci de l'avoir lu jusqu'au bout. J'espère qu'elle t'aura plu ? Et toi, connaissais-tu ce livre ? As-tu vu le film ou la série ? Lequel as-tu préféré ? Quelle est ta ou quelles sont tes nouvelles préférées ? Que penses-tu de la relation entre David et Norton ? Celle entre Billy et son père ? Qu'avez-vous pensé de Mme Carmody ? Comment imagineriez-vous la fin ?  Dis-moi tout ceci en commentaire, cela me ferait plaisir. Je t'embrasse très fort, et à la prochaine pour un nouvel article ♥.

Read More

Share Tweet Pin It +1

2 Comments

In critique littéraire Déchéance Esprits Fantastique Fantômes Folie Horreur Litterature Littérature Littérature américaine livres Manipulation Peur Psychologie Romans

Shining de Stephen King

Coucou mes chats ♥, j'espère que vous allez bien ?

On se retrouve pour une nouvelle critique littéraire, mais on change de registre pour aller dans l'horreur avec le maître de l'épouvante, j'ai nommé : Stephen King ! Je vous avais dit dans mon dernier article sur Rebecca Kean (ici) que j'allais faire plusieurs chroniques livresques donc si ça ne vous intéresse pas, n'hésitez pas à farfouiller dans le blog, vous trouverez forcément votre bonheur ! Dans cette publication, je vais vous faire partager mon ressenti par rapport à ce roman et uniquement par rapport à lui, n'ayant jamais vu les films. J'ai également fait un update lecture sur ma chaîne youtube avec une version condensée si vous préférez ne pas lire toute la critique ().

Shining est aussi connu sous le nom de l'enfant lumière. C'est le troisième roman publié de S. King, il a plus récemment publié la suite de cette œuvre sous le nom de Docteur Sleep (2013). Bon récemment, tout est relatif, n'est-ce pas ? Il a remporté de nombreux prix littéraires, comme le bram-stocker, le british fantasy ou encore le Prix Locus, etc.

Titre du livre : Shining
Auteur du livre : Stephen King
Sortie en France : 1979
Éditeur : J'ai lu, France Loisirs
Type de livre : Roman (Horreur, Fantastique)
Nombre de pages : 576 pages
Résumé de la quatrième de couverture : Situé dans les montagnes Rocheuses, l'Overlook Palace passe pour être l'un des plus beaux lieux du monde. Conort, luxe, volupté... L'hiver, l'hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l'habite un gardien.
Celui qui a été engagé cet hiver-là s'appelle Jack Torrance: c'est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d'échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny.
Danny qui possède le don de voir, ressusciter les choses et les êtres que l'on croit disparus. Ce qu'il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l'Overlook Palace, c'est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée ? Ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? Cette vie si étrange qui anime l'hôtel ?
Un récit envoûtant immortalisé à l'écran par Stanley Kubrick.

Introduction
On suit l' histoire de la famille Torrance qui vit à Boulder dans le Colorado. Jack Torrance a la suite de nombreux événements fâcheux, perd son travail. Il lui reste une chance de reprendre sa vie en main. Al Shockley lui dégotte une place de gardien pour un hôtel. L'Overlook Palace situé dans les montagnes rocheuses, cela lui permettra également de travailler sur sa pièce de théâtre et pourquoi pas la terminer. Mais alors qu'ils se retrouvent seuls, dans ce vaste hôtel, coupés du monde extérieur par les chutes de neige, de plus en plus fortes, des choses étranges commencent à se produire. Les buissons, la lance du robinet incendie armé se mettent à bouger, des voix se font parfois entendrent. Et tapis, dans l'ombre, le démon attend son heure pour s'emparer de ces étrangers.

Mon avis
Le roman se compose de 5 parties d'histoire telle une pièce de théâtre en 5 actes. La première partie va poser les bases de l'histoire, nous narrant ce qui s'est passé pour que Jack perde son travail. Pourquoi s'est-il enfoncé dans la déchéance ? Que s'est-il passé pour qu'il revienne à la raison ? Dans la seconde, on retourne dans le présent avec l'arrivée des Torrance à l'Overlook Palace. La découverte des lieux, les recommandations de certains employés et surtout, les derniers ordres de M. Ullman, manager de l'hôtel. Dans la troisième partie, on sent la tension monter d'un cran. Jack semble avoir des hallucinations. On l'attribue à son sevrage de l'alcool. Cependant, les ennuis ne font que commencer, même s'il n'y a rien d'inexplicable... Du moins, pour l'instant !

Arrive la 4ème partie, cela se gâte, en effet, l'atmosphère devient oppressante. Coupé de tout contact avec l'extérieur, l'hôtel semble prendre vie et des choses terrifiantes commencent à se produire. On est face à un véritable huit-clos. Bloquée par la neige, la famille semble à la merci du monstre qui se tapisse dans l'obscurité de la bâtisse. Jack doit affronter ces vieux démons et ces vieilles habitudes ressurgissent. Et pour finir dans la dernière partie du roman, c'est le summum de l'horreur, on est pris dans un engrenage sans fin où la terreur se dispute à la paranoïa et la folie meurtrière. L'atmosphère devient encore plus pesante et on se sent happés avec les personnages dans cette épouvantable histoire.

Pour ma part, j'ai trouvé l'histoire incroyablement riche en émotion, elle m'a captivée et carrément fait flippé parfois, tellement, cela semble vrai. Je pense d'ailleurs que c'est ce que Stephen King souhaitait en plantant l'histoire dans un décor aussi réaliste. Je l'ai trouvé original et très bien travaillée, tout est pensé et bien amené pour faire de ce roman, un chef-d’œuvre de l'horreur. Pas besoin de te faire un dessin, je pense que tu l'auras compris, je valide à 100% le contenu du récit.

Jack Torrance est décrit comme un ancien alcoolique qui doit constamment lutter contre ses vieux démons. Il semble se tenir à ses bonnes résolutions, du moins, au début.... Mais, au fil de l'intrigue, il devient de plus en plus sombre. Comme si son esprit était scindé en deux. D'un côté, le gentil papa aimant, sévère, mais juste et de l'autre, l'ivrogne violent qui n'hésite pas à frapper et insulter son fils et sa femme. Il arrive même à se convaincre qu'ils le méritent et que tout est leur faute. On se rend compte à la fin, que c'est l'esprit qui hante l'Overlook, qui prend possession de lui.

De mon point de vue, je pense que le démon l'a choisi, car c'est celui qui avait la plus faible résistance au vu de ces antécédents. Sa volonté a été émoussée, au fil des mois, qu'il a passé à boire. J'ai eu beaucoup de mal à le cerner, il a plusieurs facettes de personnalité et on ne sait jamais trop à qui on a affaire. C'est probablement ce que cherchait l'auteur. Pour être franche, ce n'est pas le personnage auquel je me suis le plus attaché et auquel j'ai réussi à m'identifier.

Wendy, c'est la maman de Danny, c'est le portrait type de la mère douce, inquiète et toujours aux petits soins pour son enfant. C'est un peu la maman poule, tu vois ? Elle entretient une relation complexe avec son mari depuis l'incident qu'il y a eu entre Danny et ce dernier. On sent qu'elle est tiraillée entre son amour pour Jack et celui qu'elle a pour son petit garçon.  Elle sait qu'il a besoin d'une présence masculine, mais de l'autre, elle veut le préserver, ainsi qu'elle-même, de la violence de son conjoint. Elle a du mal à lui faire confiance et on a la preuve, lorsque plus tard, le garçon aura des stigmates autour de son cou.

Elle accusera son partenaire de les lui avoir fait. Je pense qu'elle essaye de lui pardonner, mais quelque chose s'est brisé en elle, dans leur couple, lors de la déchéance de Jack. Progressivement, je me suis attachée à elle et lorsque le roman arrive sur les dernières pages, le courage et la force dont elle fait preuve est incroyable ! Stephen King illustre à merveille la phrase "Quand on aime, alors même l'impossible, devient possible". Elle m'a tout simplement scotchée !

Danny est décrit comme un petit garçon calme, très indépendant et en avance pour son âge. Le fait qu'il possède un don de seconde vue : le "Shining" y est pour beaucoup. Et si on ajoute à cela qu'il a une imagination débordante, on comprend que ses pouvoirs peuvent être difficile à gérer. Au fil du roman, on sent qu'il apprend à maîtriser ces capacités, qu'il grandit aussi et lors de la scène où il se retrouve confronté à la présence maléfique qui a pris possession de son père, on découvre sa force de caractère, son altruisme, sa force et son courage.

Il a également beaucoup de maturité. Ces épreuves l'ont fait évoluer et changer (comme sa mère d'ailleurs). Il m'a impressionné et je me suis beaucoup attachée à lui. C'est sans doute le personnage qui m'a fait ressentir le plus d'émotions à travers les mots utilisés pour décrire ce qu'il éprouvait et ce qu'il voyait.

Mr Hallorann, le chef cuisinier de l'Overlook Palace, Dick pour les intimes, même s'il n'était pas avec eux dans l'hôtel, il a réussi à se lier d'amitié avec le jeune garçon. Il lui a dit qu'il pouvait l'appeler n'importe quand, il viendrait. C'est un homme loyal et juste, il est dévoué et n'hésite pas à foncer dans le danger pour sauver Danny et Wendy. Il possède le Don, tout comme le garçon. Il a tenté de lui inculquer comme se servir de son aptitude.

Il a une grande force de caractère, car à la fin, l'esprit tente de le posséder, mais il réussit, non sans mal, à le combattre. Contrairement au père du petit garçon. À la fin, j'aime beaucoup la relation qu'ils ont tous les deux, à mi-chemin entre des meilleurs amis et un père et son fils. Et la promesse qu'ils se font est tellement belle et pure ! Cet homme est incroyable ! Il m'a touchée et émue...

L'hôtel -la présence maléfique à l’œuvre- on peut la classer dans les personnages. En effet, il semble avoir une conscience autonome et totalement mauvaise. Pour une raison que l'on ignore, il est attiré par le Shining de Danny. Pour s'emparer de ses victimes, il alterne les phases de séduction, de pression et de terreur. Dans plusieurs passages, on voit les différentes étapes qui s'enchaînent pour que Jack soit entièrement sous sa coupe. La présence use de "bond dans le temps" pour que les victimes se croient toujours en 1945. Ceci dans le but, d'assouvir sa domination et son contrôle.

Alors qu'elle est proche du but, complètement obsédée par le pouvoir du garçon, elle est incapable d'empêcher l'hôtel d'exploser, et ce malgré l'intervention de Jack. Finalement, l'Overlook Palace se consume et les esprits avec. Mais on aperçoit une énorme main noire s'échapper de la bâtisse en feu et flotter dans les airs avant de disparaître. Cela nous laisse supposer que cela n'est pas totalement terminé.

Stephen King a un don indéniable pour l'écriture. J'avais lu son roman "La cadillac de Dolan" au collège et je me souviens que j'avais bien aimé, mais ce n'était pas non plus, un coup de coeur. Mais je l'ai redécouvert avec cette oeuvre littéraire et je ne suis pas déçue bien au contraire ! Jusqu'à présent, c'est le seul à m'avoir fait ressentir autant de sentiments en un seul livre, à part Dracula mon amour de James Syrie (mais ceci est un autre débat). On passe de la joie à la peur, du soulagement à l'horreur. Il maîtrise son univers et son sujet à la perfection.

Le récit est compréhensible, malgré certains mots parfois compliqués, mais dans l'ensemble, c'est clair. Il réussit à instaurer une atmosphère pesante, oppressante rien que par le vocabulaire employé ! J'ai cependant remarqué que sur certaines pages (pas sûre toutes, heureusement !), le verbe "dire" était répété plusieurs fois de suite. Du coup, cela donne une impression de lourdeur au texte qui pourrait être allégé en usant de synonymes.

La petite anecdote intéressante à savoir, c'est que l'auteur a eu l'idée d'écrire son livre à la suite d'un rêve qu'il a fait lors de son séjour dans l'hôtel "Stanley", qui a d'ailleurs fortement inspiré Stephen King pour créer l'Overlook Palace. J'ai beaucoup aimé lire le scénario des aventures de la famille Torrance. On y voit la déchéance de la famille, l'échec du père et sa descente aux enfers.

La mère qui lutte contre son mari pour protéger son enfant. Et Danny qui se retrouve brutalisé, à affronter des choses qui ne devraient pas exister. Le paranormal se mêlant à tout cela rend le récit horrifiant. On a peur à mesure que l'histoire avance pour la mère et l'enfant. On se pose des questions sur le comportement du père. On voit que ce n'est pas normal, que quelque chose cloche, qu'il ne tourne pas rond.

Et lorsqu'on a enfin l'explication, c'est encore pire que ce que l'on a pu s'imaginer. Les émotions que l'on ressent notamment l’oppression est accentuée par le fait qu'ils sont coupés du monde et loin de la ville la plus proche. Leur seul moyen de communication: un vieil émetteur/récepteur. On est dans huit clos. Il nous rend très vite addicts en disséminant par-ci par-là des éléments de réponse, mais aussi en nous rajoutant des questions supplémentaires. Je ne pouvais que très difficilement lever les yeux du livre, tant on est immergé dans l'histoire. Bien que le début pose les bases, beaucoup d'informations arrivent, nous donnant envie d'en savoir toujours plus.

Si vous aimez les fins hard et sanglantes avec un poil de frayeur, vous allez être servis ! Car c'est exactement comme cela que ça se termine. Je ne parle pas de l'épilogue. Finalement, l'Overlook Palace est vaincu par les flammes qui détruisent l'ensemble de l'hôtel après l'explosion de la chaudière. On déplore un cadavre et une fumée noire s'échappent des décombres encore flamboyantes du bâtiment avant de se disperser dans la nuit. Le méchant est peut-être perdu pour le moment, mais il reste tapi dans l'ombre, attendant son heure pour ressurgir et frapper un grand coup. Dans l'épilogue, on retrouve la famille Torrance avec Hallorann.

Ils se remettent progressivement des épreuves qu'ils ont subies. Ils vont d'ailleurs déménager, car Al Shockley a trouvé un poste pour Wendy. J'ai bien aimé la fin et je pense que c'est celle que j'attendais et que j'aurai écrite si j'avais été l'auteur de ce roman. C'est une fin claire, nette et précise.

Conclusion
Une histoire où se mêlent l'horreur et le fantastique. Le thème principal du roman est la désintégration de la cellule familiale, un thème récurrent chez Stephen King. Dans ce bouquin, on a une triple menace entre l'alcool de Jack, le divorce entre Wendy et son mari et la folie qui va s'emparer progressivement du père de Danny. D'ailleurs, cette menace est renforcée par l'isolement de la famille. Les émotions sont tellement fortes et intenses dans cette oeuvre, on se sent concernés et plongés dans le récit, comme si on la vivait en même temps que les personnages.

Je suis absolument conquise par ce tome dont l'auteur a su instaurer la peur et l'épouvante dans un endroit ludique et apaisant. Il réussit à nous faire croire que l'on est en sécurité avant de créer un sentiment de terreur absolu, c'est du pur génie. Ici, le fantastique est là pour servir une intrigue réaliste. L'hôtel hanté par exemple, représente les vieux démons de Jack: à savoir l'alcool, la violence et la folie. Si vous aimez ce genre de romans, foncez !

Citations qui m'ont marqué
«La mort faisait partie de la vie. Et, si l'on n'acceptait pas cette vérité-là, on ne comprendrait jamais rien à la vie. L'idée de sa propre mort est difficile à comprendre, mais elle n'est pas intolérable.»
«La femme, c'était une vieille pouffiasse qui avait au moins soixante piges — mon âge ! Elle avait les cheveux teints, aussi rouges qu'une lanterne de bordel, les nichons qui pendouillaient jusqu'au nombril, vu qu'elle mettait rien pour les tenir, les jambes tellement couvertes de varices qu'on aurait dit des cartes routières et, avec ça, des bijoux des pieds à la tête.»
«La vie est dure, Danny. Le monde ne nous veut pas de mal, mais il ne nous veut pas de bien non plus. Il se fiche de ce qui nous arrive.» Mr Hallorann à Danny
«Ce n'est que quand nous devenons adultes que nous apprenons à nous servir des concepts, laissant les images aux poètes.»
Note
Global : 9,3/10 (Excellent)
Scénario : 10/10 (Superbe)
Histoire : 10/10 (Superbe)
Écriture : 8/10 (Très bon)
Suspense : 10/10 (Superbe)
Originalité : 9/10 (Excellent)
Additivité : 10/10 (Superbe)
Pédagogie : -
Créativité : 9/10 (Excellent)
Personnages : 10/10 (Superbe)
Humour : 7/10 (Bon)
Fin : 10/10 (Superbe)

Cette chronique touche à sa fin, merci de l'avoir lu jusqu'au bout. J'espère qu'elle t'aura plu ? Et toi, connaissais-tu ce livre ? As-tu vu les films ? Lequel as-tu préféré ? Que penses-tu de cet hôtel et de l'entité qui est à l'intérieur ? Penses-tu que si Jack n'avait pas eu un penchant pour l'alcool, il aurait pu résister à la présence maléfique ? Que penses-tu des relations entre Wendy et Jack ? Celle entre Jack et Danny ? Et celle entre Hallorann et Danny ?  Dis-moi tout ceci en commentaire, cela me ferait plaisir. Je t'embrasse très fort, et à la prochaine pour un nouvel article ♥.

Read More

Share Tweet Pin It +1

12 Comments

In critique littéraire Démons Fantastique Litterature Littérature livres Magie Romans Sorcellerie Sorcières surnaturel vampires

Rebecca Kean, Traquée de Cassandra O'Donnell

Bonjour à toi, mon petit lecteur préféré ♥, j'espère que tu vas bien ?

Durant les prochains articles, je vais surtout parler littérature et faire des critiques littéraires, donc si cela ne te convient pas, je t'invite à faire des recherches via la zone de recherche ou farfouiller dans le menu pour trouver d'autres chroniques qui peuvent t'intéresser (je fais pas mal de choses différentes, donc je pense que tu pourras trouver ton bonheur). On va commencer la série de chroniques avec un roman fantastique. Si tu me suis depuis un moment, tu es forcément au courant de mon amour pour ce style de livre.

Je vais vous parler du roman de Cassandra O'donnell, son tout premier roman publié en 2011: Rebecca Kean, traquée. Elle a écrit plusieurs séries de livres, notamment la duologie des soeurs Charbrey, mais aussi deux sagas littéraires pour les enfants (Malenfer et le monde secret de sombreterre). Elle a obtenu plusieurs prix dont deux pour la saga Rebecca Kean. Ah et petite anecdote qui a son importance : c'est une romancière française, malgré son pseudonyme anglo-saxon. Et, c'est tellement rare, que je tenais à le souligner. Maintenant, que les bases sont posées, on va parler du synopsis, puis de mon avis concernant ce premier tome de la saga, mais aussi, de sa toute première œuvre publiée.

Titre du livre : Rebecca Kean, Traquée
Auteur du livre : Cassandra O'Donnell
Sortie en France : 16 Mars 2011 / Avril 2017
Éditeur : J'ai lu, France Loisirs
Type de livre : Roman (Bit-lit, fantastique, enquête, surnaturel)
Nombre de pages : 480 pages
Résumé de la quatrième de couverture : Nouvelle-Angleterre, Burlington...Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu'il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. 
Mais ça, évidemment, ce n'est pas le genre de renseignements fournis par l'office de tourisme. Maudit soit-il...

Introduction
On va suivre les aventures d'une jeune sorcière de guerre qui est également maman d'une petite fille, Léonora et qui a pour meilleure amie, un loup-garou, Beth. Condamné à mort pour avoir fraternisé avec l'ennemi, elle fuit son pays d'origine afin de mener une vie clandestine pour élever sa fille. Après des déménagements successifs, elle pose ses valises en Nouvelle-Angleterre. Une ville qui, sur la carte, semble l'endroit parfait, mais qui va se révéler être le théâtre d'évènements étranges, lorsque plusieurs créatures du monde surnaturel disparaissent tous trois de manière inexpliquée et par le même mode opératoire...

Mon avis
Cassandra O'Donnell a un bon style d'écriture, bien rythmée. L'aventure s'enchaîne rapidement et il y a beaucoup d'action. Pas le temps de s'ennuyer. Par contre, je trouve qu'il y a beaucoup de répétitions, notamment dans le vocabulaire utilisé pour les dialogues. Elle écrit plusieurs fois dit sur la même page. Elle devrait peut-être alterner les mots qu'elle utilise afin que ce soit moins lourd. Le texte est compréhensible et il est plutôt simple et facile à lire. On n'a pas de flash-back dans ce premier tome, les informations du passé nous viennent sous la forme de pensées du personnage. À travers les lignes de l'auteur, on s'imprègne des émotions des protagonistes, on se sent proche d'eux, on s'identifie également à eux. C'est une bonne chose et cela nous permet de nous immerger dans l'histoire.

L'histoire démarre très fort avec la découverte d'un cadavre par l'héroïne. Malgré qu'elle semble peu se soucier de savoir ce qu'elle fait là, elle décide tout de même de le dégager de la route. On apprend que la jeune femme est une sorcière de guerre. Elle est capable d'invoquer les quatre éléments. Elle trouve refuge dans la ville de Burlington, en Nouvelle-Angleterre, dans l'espoir de vivre discrètement parmi les humains. Dès le premier chapitre, on y introduit le personnage de Raphael, un vampire très ancien et très puissant puisqu'il n'a pas loin des 2500 ans et qu'il peut sortir alors même que la nuit n'est pas totalement tombée.

Malheureusement, lors de sa rencontre avec le Maître vampire du Vermont, elle perd en quelque sorte le contrôle de ses pouvoirs et laisse entrevoir une partie infime de sa puissance. Suffisamment, en tout cas pour éveiller la curiosité de ce dernier. Il lui reste deux choix : sois partir rapidement une fois de plus, ou laisser les choses se tasser. Choisissant la seconde option, plusieurs mois s'écoulent sans que rien ne vienne perturber sa petite vie de clandestinité. Jusqu'au meurtre de la voyante. Elle prévint son amie, Beth qui se trouve être un loup-garou, mais aussi porte-parole du Directum. Il s'agit d'une assemblée regroupant un membre important de chaque clan pour s'occuper des différentes affaires des créatures surnaturelles. Dans le même temps, un jeune loup est porté disparu et les ennuis ne font que commencer.

Rebecca se voit proposer le poste d'Assayim, le tueur à gages du Directum, si elle refuse, Raphael livrera cette dernière ainsi que sa progéniture aux sorcières de guerre ou au Mortefilis. Il s'agit de l'assemblée dirigeante des vampires. Elle pourra user de n'importe quel moyen pour mener à bien sa mission, retrouver, le lycanthrope, une potionneuse et un démon qui ont tous trois disparus de la même façon. On apprendra qu'elle a été mise à mort par son propre clan et que c'est pour cette raison qu'elle a fui la France. Elle a également une fille : Léonora qui est une semi-vampire.

Durant son enquête, elle s'alliera avec des personnages et on verra que sa vie mêle étroitement la vie professionnelle et la vie privée et que chacun de ces choix est influencé par l'un ou par l'autre. On apprendra aussi ses origines et pourquoi elle a été condamnée par son coven de sorcières. Est-ce qu'elle finira par mener à bien sa mission ? Découvrira-t-elle pourquoi ses membres ont été enlevés et pourquoi elle-même devient une cible ? De nouvelles disparitions vont s'enchaîner et sa propre fille se retrouvera aux mains des ravisseurs. Comment va-t-elle réagir à cela ? Et va-t-elle réussir à retrouver Léonora saine et sauve ?

Les personnages sont bien développés et profonds. Ce que j'aime dans le personnage principal, c'est qu'elle diffère du héros habituel. Avec son tempérament de feu, son entêtement, son humour noir et ses répliques cinglantes, on a un joli cocktail pour un protagoniste haut en couleur. On découvre peu à peu son histoire, au fil de l'intrigue et cela nous permet de la connaître et de se sentir proche d'elle. Malgré ses pouvoirs, elle ne réussit pas tout ce qu'elle entreprend du premier coup, et lorsqu'elle use de ses dons, elle doit aussi attendre un peu avant qu'ils ne reviennent à leur quota maximal. Elle craque souvent et c'est ce qui l'humanise et nous permet de s'attacher à elle. J'aime beaucoup son cynisme et sa façon de se comporter avec les autres. C'est comme si elle avait plusieurs facettes en fonction de la personne avec qui elle est, du coup, ça intrigue.

Les autres personnages de l'histoire sont bien travaillés, même s'ils le sont moins que Rebecca. L'auteur nous dévoile des bribes de leur passé, juste ce qu'il faut pour qu'on se pose des questions, que cela nous travaille et nous donne envie de poursuivre notre lecture. Certains protagonistes nous donnent des envies de meurtres, d'autres sont attachants. Ils nous transmettent des émotions et des sentiments, et même si ce sont des créatures surnaturelles, ils ont des réactions qui les humanisent à nos yeux. J'aime beaucoup le personnage de Beth, l'amie de Rebecca. Sous un caractère bien trempé, on sent une réelle complicité entre elles et elle est adorable avec Leonora. Elle est loyale et toujours prête à faire les choses justes et à rendre justice.

En revanche, le personnage d'Hope, je ne peux pas le supporter. Elle m'agace et les scènes où elle apparaît, j'ai levé les yeux au ciel plus d'une fois tellement tu voudrais la baffer. À contrario, le personnage de Raphael me tiraille. Il a des réactions tantôt maître de la stratégie, froid, implacable et cruel, de l'autre, on a l'impression qu'il redevient un adolescent en proie à son premier amour. C'est comme l'héroïne, on dirait qu'il a une double personnalité qui oscille en fonction du contexte. C'est perturbant, car parfois on a envie de le détester, parfois de se jeter dans ses bras.

Pareil pour Mark, le semi démon. Je suis mitigée, car dans certaines scènes, il est super, il vole au secours de la sorcière, il tente de lui ouvrir les yeux sur ce qu'ils partagent, de l'autre, cette façon qu'il a, vouloir l'obliger à respecter le Malaat (sorte de lien sacré entre un démon et son partenaire), de voir comment il dépend de ce lien, ça fait très réducteur de l'espèce démoniaque. Et puis, on garde le meilleur pour la fin avec Bruce, le lycanthrope. Il me fait rire avec ses répliques, surtout quand il provoque le maître vampire, et on a toujours l'impression qu'il tombe à pic et qu'il vise juste. C'est très drôle.

Je trouve que le scénario est très bien construit. On a là, un bel univers qui est créé. Les vampires (les plus anciens) peuvent se déplacer en plein jour, même si la lumière les irrite. Pas de vampire qui brille au soleil, c'est déjà ça ! Par contre, on a l'impression que les sorcières de guerre sont plus puissantes qu'eux, ce que je trouve pas très réaliste du point de vue mythologique. Les réponses à nos questions arrivent au fur et à mesure de notre lecture, du coup, on a toujours envie de connaître la suite. L'auteur est créatif, elle a su adapter différentes créatures et les exploiter, tout en mettant sa patte personnelle et sans tomber dans le vu et re revue, comme on peut voir souvent ces dernières années.

Le suspense est présent, puisqu'il y a une enquête en parallèle à tout cela. On la suit avec la sorcière aux commandes et personnellement, je ne me suis pas douté de qui était derrière cela. Jusqu'à ce que cette personne dévoile son vrai visage lors d'une conversation avec la jeune femme. Cela m'a d'ailleurs surprise et c'est un bon point pour moi. Je n'aime pas quand c'est super facile et qu'on découvre qui est le méchant en plein milieu de l'histoire. De plus, on reste dans le suspense jusqu'à la fin, puisque cela se termine sur un cliffanger. Ce qui nous donne aussi, très envie de lire le second tome de la série.

Les histoires des différents personnages sont originales et ne se ressemblent pas. L’histoire en elle-même est originale, bien que certains clichés aient été glissés dedans. J'avoue avoir eu du mal à me décrocher du livre. Je suis devenue complètement addict. Au final, j'ai mis peu de temps pour le terminer et ma lecture m'a donné envie de poursuivre la saga. L'auteur du roman est créatif, on sent qu'elle a passé du temps à élaborer tous ces personnages, les différents types de créatures qui existent. Sans compter, l'enquête qui a été développée en parallèle. Dans ce roman, l'humour est présent et croyez-moi que vous n'allez pas vous ennuyer. Que ce soit l'héroïne avec ces répliques mordantes, les réactions de certains personnages, ou encore certaines situations assez cocasses, vous n'allez pas vous ennuyer.

La fin du roman se conclut avec la menace de Michael, vampire avec lequel Rebecca a eu Léonora, qui est sur le point de débarquer jusqu'en Nouvelle-Angleterre, afin de récupérer la sorcière. Elle ignore si le père de la semi-vampire est au courant pour sa progéniture. D'ailleurs, la jeune femme fait la rencontre du supérieur de son ex-amant, ce dernier lui disant qu'il la laissait en vie, car bientôt elle apprendrait certaines choses. Bref, un véritable suspense est créé sur cette fin de livre afin de nous pousser à lire le second tome. Une fin digne d'un cliffanger.

Conclusion
Pour finir, le premier tome de cette saga pose les bases de l'univers de Cassandra O'Donnell, une véritable enquête surnaturelle dont le dénouement déplore des pertes. Des personnages pleins de vie, et humanisés malgré leur côté non-humain. De l'action, du suspense, de l'humour et une bonne dose de cynisme. Et on s'est attaché aux protagonistes, dont la fin nous laisse à présager qu'une guerre est sur le point d'éclater... On nous donne envie d'en savoir plus, surtout après que Raphael ait proposé le poste d'Assayim à temps complet pour la sorcière de guerre.

Je suis conquise par ce premier tome riche en rebondissements. J'espère que le second sera tout aussi bon. Juste un petit point noir : les relations que Rebecca entretient avec les hommes... On dirait qu'elle change d'avis comme de chemise, on dirait une girouette et du coup, on a l'impression d'avoir à faire à une ado, plutôt qu'une adulte. Et qu'elle s’apitoie souvent sur son sort pour les garçons m'agace parfois un peu... Même si c'est compréhensible.

Citations qui m'ont marqué
« Comme disait ma grand-mère : "Quand il y a du chaos quelque part, tu peux être sûre que les Français y sont pour quelque chose". Et elle savait de quoi elle parlait. Elle était française et c'était une guerrière. Tout comme moi. » Rebecca Kean
« - Tu as les nerfs fragiles pour une sorcière de guerre.
- Je vais le tuer, le découper en petits morceaux avec mes ongles et lui faire bouffer sa propre chair.
- Tu me rassures, je craignais que tu sois encore quelque peu énervée...
dit-il en me caressant les cheveux. » Raphael & Rebecca
« On a beau tenter de se convaincre qu'une voiture ne peut pas causer de dommages a un mort et qu'il est plus simple de l'écraser que de la déplacer, on a quand même du mal a appuyer sur l'accélérateur. Putain d'éducation. » Rebecca Kean
« - Voir le terrible Raphael se faire engueuler par une jeune et jolie sorcière est de loin le spectacle le plus amusant auquel il m'ait été donné d'assister ces derniers temps.» Bruce
Note
Global : 9,1/10 (Excellent)
Scénario : 8/10 (Très bon)
Histoire : 10/10 (Superbe)
Écriture : 7/10 (Bon)
Suspense : 10/10 (Superbe)
Originalité : 8/10 (Très bon)
Additivité : 10/10 (Superbe)
Pédagogie : -
Créativité : 9/10 (Excellent)
Personnages : 10/10 (Superbe)
Humour : 9/10 (Excellent)
Fin : 10/10 (Superbe)

Cette chronique touche à sa fin, merci de l'avoir lu jusqu'au bout. J'espère qu'elle t'aura plu ? Et toi, connaissais-tu ce livre ? As-tu déjà lu la saga ? Qu'as-tu pensé de ce premier tome ? Est-ce que mon analyse t'a donné envie de lire la série ? Que penses-tu de la relation entre Beth et Rebecca ? Et celle entre Raphael et Rebecca ? Ou encore entre Rebecca et Mark ? Et celle entre Bruce et Rebecca ? T'attendais-tu à ce ravisseur-là ? Et la fin, tu en a pensé quoi ?  Dis-moi tout ceci en commentaire, cela me ferait plaisir. Je t'embrasse très fort, et à la semaine prochaine pour un nouvel article ♥.

Read More

Share Tweet Pin It +1

12 Comments

In Aroma-zone Bien-Être Cheveux cils coup de coeur crème Femmes Filles Girls Kiko Mes Favoris Mes Indispensables ongles Peau Routine soins top 5 Trucs de fille Visage

Mon top 5 de mes indispensables soins

Hello mes chats ♥, j'espère que vous allez bien ?

La semaine dernière, je n'ai pas posté d'articles pour la raison suivante: j'ai publié ma toute première vidéo sur Youtube. Il s'agit d'un unboxing sur une box littéraire (Mille et un livres). Si cela vous intéresse, je vous renvoie vers le lien de ma chaîne (ici) ou alors vous pouvez me suivre sur les réseaux sociaux également, puisque j'en ai fait la promotion. Mais parlons du sujet du jour : mes indispensables soins. J'avais très envie de vous partager mes tops du moment, donc je vous laisse avec les produits.

Huile de ricin
À l'époque, quand je l'ai commandé via Amazon, 4,50€ les 100ml (lien ici), je venais de perdre une grosse partie de mes cils, je vous en ai d'ailleurs fait un sujet sur le blog (). Et j'étais désespérée ! J'ai bien entendu recherché différents moyens pour réussir à les faire repousser et beaucoup de gens parlaient de l'huile de ricin. Elle n'est d'ailleurs pas fait que pour les cils, on peut l'utiliser sur les sourcils, les cheveux et les ongles. Elle permet de fortifier et favoriser la pousse. Je me suis dit que je n'avais rien à perdre, alors j'ai demandé à une amie de passer commande pour moi.

Et clairement, je ne peux plus m'en passer. J'en mets tous les soirs sur mes cils avant d'aller dormir, je me fais parfois des bains d'huile pour aider mes ongles cassants et qui se dédoublent. Et ça marche (du mois sur mes cheveux), sur mes ongles, c'est moins flagrant, mais je le fais que de temps en temps (c'est peut-être pour cela aussi). Je fais une cure d'un mois, tous les deux mois et je ne perds plus de cils (du moins plus des touffes entières), ils ont grandi et sont plus forts. Un miracle que je vous recommande !


Base neutre masque capillaire Aroma-zone
Je vous en ai déjà parlé dans mon article unboxing aroma-zone et je le rachète à chaque fois (ici). Alors certes, l'odeur est affreuse, mais une fois que vous arrivez à faire abstraction de cela, vous verrez que vous n'y penserez plus. Je l'utilise sur mes longueurs et je laisse poser. Une fois rincé mes cheveux sont lisses et doux. Et lorsqu'ils sont secs, mes cheveux sont brillants, soyeux, une tuerie. Je vous le conseille si jamais vous faites des colorations comme moi ! Il y a différents formats le plus petit vaut 2,50€ pour les 30ml et le plus gros format fait 500ml pour 9,50€. Croyez-moi, le rapport qualité/prix est excellent. À retrouver juste .


Éponge Konjac (Green Me) de chez Kiko
Cela fait un long moment que j'ai envie d'utiliser ces petites éponges afin de voir leur efficacité. Eh bien, j'ai été très surprise, car dès la première utilisation, j'ai vu que mes boutons s'estompaient, mes rougeurs aussi, et même certaines tâches. Je suis très satisfaite de cet achat récent et je vous le recommande également. Elle a comme propriété d'être nettoyante et exfoliante et pour avoir la peau très sèche et sensible, elle ne m'irrite absolument pas. Je l'utilise matin et soir avec mon gel nettoyant visage et c'est parfait. À retrouver au prix de 5,95€ (ici).


Lotion tonique Yves rocher
Ce produit permet d'éliminer les dernières traces de maquillage et de préparer la peau à recevoir les soins. Avec son extrait exclusif d'eau cellulaire d'edulis, elle permet d'activer l'hydratation de la peau. Voilà ce qu'en dit Yves Rocher et je suis bien d'accord. Elle permet de finir de nettoyer les derniers résidus tout en laissant une sensation d'hydratation et de fraîcheur. Je suis conquise et je la rachète tout le temps. Elle est trouvable en magasin et sur le site au prix de 9€ les 200ml, mais vous pouvez très souvent bénéficier de promos ! (par )


Crème hydratante
Je ne peux pas vous donner la référence de ma crème pour la simple raison que je la fabrique moi-même. Elle est spécialement faite pour les peaux sèches et elle est absolument parfaite pour moi. Je ne jure que par elle et si vous souhaitez savoir la recette, vous pouvez la retrouver en cliquant (ici). Elle hydrate en profondeur et nourrit ma peau. Je n'ai plus de zone de sécheresse et c'est fort agréable lorsque l'hiver agresse notre peau. D'ailleurs, je vais essayer d'en faire une plus légère pour l'été, car celle-ci est top pour l'hiver, mais trop riche pour l'été. Les ingrédients que j'utilise sont trouvables sur aroma-zone et au total, j'en ai pour une quinzaine d'euros (sachant que l'on peut faire deux crèmes de 50ml avec).


Voilà, cet article est maintenant terminé, j'espère que cela vous a plu ! N'hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez aimé ou non et pourquoi pas ce que vous aimeriez voir ? Et vous quels sont vos indispensables soins ? Connaissez-vous ces produits ? Les utilisez-vous ? Dites-moi tout cela en commentaire ! Je vous fais de gros bisous et on se retrouve la semaine prochaine pour une vidéo sur ma chaîne YouTube.

Read More

Share Tweet Pin It +1

10 Comments