In critique littéraire Déchéance Esprits Fantastique Fantômes Folie Horreur Litterature Littérature Littérature américaine livres Manipulation Peur Psychologie Romans

Shining de Stephen King

Coucou mes chats ♥, j'espère que vous allez bien ?

On se retrouve pour une nouvelle critique littéraire, mais on change de registre pour aller dans l'horreur avec le maître de l'épouvante, j'ai nommé : Stephen King ! Je vous avais dit dans mon dernier article sur Rebecca Kean (ici) que j'allais faire plusieurs chroniques livresques donc si ça ne vous intéresse pas, n'hésitez pas à farfouiller dans le blog, vous trouverez forcément votre bonheur ! Dans cette publication, je vais vous faire partager mon ressenti par rapport à ce roman et uniquement par rapport à lui, n'ayant jamais vu les films. J'ai également fait un update lecture sur ma chaîne youtube avec une version condensée si vous préférez ne pas lire toute la critique ().

Shining est aussi connu sous le nom de l'enfant lumière. C'est le troisième roman publié de S. King, il a plus récemment publié la suite de cette œuvre sous le nom de Docteur Sleep (2013). Bon récemment, tout est relatif, n'est-ce pas ? Il a remporté de nombreux prix littéraires, comme le bram-stocker, le british fantasy ou encore le Prix Locus, etc.

Titre du livre : Shining
Auteur du livre : Stephen King
Sortie en France : 1979
Éditeur : J'ai lu, France Loisirs
Type de livre : Roman (Horreur, Fantastique)
Nombre de pages : 576 pages
Résumé de la quatrième de couverture : Situé dans les montagnes Rocheuses, l'Overlook Palace passe pour être l'un des plus beaux lieux du monde. Conort, luxe, volupté... L'hiver, l'hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l'habite un gardien.
Celui qui a été engagé cet hiver-là s'appelle Jack Torrance: c'est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d'échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny.
Danny qui possède le don de voir, ressusciter les choses et les êtres que l'on croit disparus. Ce qu'il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l'Overlook Palace, c'est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée ? Ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? Cette vie si étrange qui anime l'hôtel ?
Un récit envoûtant immortalisé à l'écran par Stanley Kubrick.

Introduction
On suit l' histoire de la famille Torrance qui vit à Boulder dans le Colorado. Jack Torrance a la suite de nombreux événements fâcheux, perd son travail. Il lui reste une chance de reprendre sa vie en main. Al Shockley lui dégotte une place de gardien pour un hôtel. L'Overlook Palace situé dans les montagnes rocheuses, cela lui permettra également de travailler sur sa pièce de théâtre et pourquoi pas la terminer. Mais alors qu'ils se retrouvent seuls, dans ce vaste hôtel, coupés du monde extérieur par les chutes de neige, de plus en plus fortes, des choses étranges commencent à se produire. Les buissons, la lance du robinet incendie armé se mettent à bouger, des voix se font parfois entendrent. Et tapis, dans l'ombre, le démon attend son heure pour s'emparer de ces étrangers.

Mon avis
Le roman se compose de 5 parties d'histoire telle une pièce de théâtre en 5 actes. La première partie va poser les bases de l'histoire, nous narrant ce qui s'est passé pour que Jack perde son travail. Pourquoi s'est-il enfoncé dans la déchéance ? Que s'est-il passé pour qu'il revienne à la raison ? Dans la seconde, on retourne dans le présent avec l'arrivée des Torrance à l'Overlook Palace. La découverte des lieux, les recommandations de certains employés et surtout, les derniers ordres de M. Ullman, manager de l'hôtel. Dans la troisième partie, on sent la tension monter d'un cran. Jack semble avoir des hallucinations. On l'attribue à son sevrage de l'alcool. Cependant, les ennuis ne font que commencer, même s'il n'y a rien d'inexplicable... Du moins, pour l'instant !

Arrive la 4ème partie, cela se gâte, en effet, l'atmosphère devient oppressante. Coupé de tout contact avec l'extérieur, l'hôtel semble prendre vie et des choses terrifiantes commencent à se produire. On est face à un véritable huit-clos. Bloquée par la neige, la famille semble à la merci du monstre qui se tapisse dans l'obscurité de la bâtisse. Jack doit affronter ces vieux démons et ces vieilles habitudes ressurgissent. Et pour finir dans la dernière partie du roman, c'est le summum de l'horreur, on est pris dans un engrenage sans fin où la terreur se dispute à la paranoïa et la folie meurtrière. L'atmosphère devient encore plus pesante et on se sent happés avec les personnages dans cette épouvantable histoire.

Pour ma part, j'ai trouvé l'histoire incroyablement riche en émotion, elle m'a captivée et carrément fait flippé parfois, tellement, cela semble vrai. Je pense d'ailleurs que c'est ce que Stephen King souhaitait en plantant l'histoire dans un décor aussi réaliste. Je l'ai trouvé original et très bien travaillée, tout est pensé et bien amené pour faire de ce roman, un chef-d’œuvre de l'horreur. Pas besoin de te faire un dessin, je pense que tu l'auras compris, je valide à 100% le contenu du récit.

Jack Torrance est décrit comme un ancien alcoolique qui doit constamment lutter contre ses vieux démons. Il semble se tenir à ses bonnes résolutions, du moins, au début.... Mais, au fil de l'intrigue, il devient de plus en plus sombre. Comme si son esprit était scindé en deux. D'un côté, le gentil papa aimant, sévère, mais juste et de l'autre, l'ivrogne violent qui n'hésite pas à frapper et insulter son fils et sa femme. Il arrive même à se convaincre qu'ils le méritent et que tout est leur faute. On se rend compte à la fin, que c'est l'esprit qui hante l'Overlook, qui prend possession de lui.

De mon point de vue, je pense que le démon l'a choisi, car c'est celui qui avait la plus faible résistance au vu de ces antécédents. Sa volonté a été émoussée, au fil des mois, qu'il a passé à boire. J'ai eu beaucoup de mal à le cerner, il a plusieurs facettes de personnalité et on ne sait jamais trop à qui on a affaire. C'est probablement ce que cherchait l'auteur. Pour être franche, ce n'est pas le personnage auquel je me suis le plus attaché et auquel j'ai réussi à m'identifier.

Wendy, c'est la maman de Danny, c'est le portrait type de la mère douce, inquiète et toujours aux petits soins pour son enfant. C'est un peu la maman poule, tu vois ? Elle entretient une relation complexe avec son mari depuis l'incident qu'il y a eu entre Danny et ce dernier. On sent qu'elle est tiraillée entre son amour pour Jack et celui qu'elle a pour son petit garçon.  Elle sait qu'il a besoin d'une présence masculine, mais de l'autre, elle veut le préserver, ainsi qu'elle-même, de la violence de son conjoint. Elle a du mal à lui faire confiance et on a la preuve, lorsque plus tard, le garçon aura des stigmates autour de son cou.

Elle accusera son partenaire de les lui avoir fait. Je pense qu'elle essaye de lui pardonner, mais quelque chose s'est brisé en elle, dans leur couple, lors de la déchéance de Jack. Progressivement, je me suis attachée à elle et lorsque le roman arrive sur les dernières pages, le courage et la force dont elle fait preuve est incroyable ! Stephen King illustre à merveille la phrase "Quand on aime, alors même l'impossible, devient possible". Elle m'a tout simplement scotchée !

Danny est décrit comme un petit garçon calme, très indépendant et en avance pour son âge. Le fait qu'il possède un don de seconde vue : le "Shining" y est pour beaucoup. Et si on ajoute à cela qu'il a une imagination débordante, on comprend que ses pouvoirs peuvent être difficile à gérer. Au fil du roman, on sent qu'il apprend à maîtriser ces capacités, qu'il grandit aussi et lors de la scène où il se retrouve confronté à la présence maléfique qui a pris possession de son père, on découvre sa force de caractère, son altruisme, sa force et son courage.

Il a également beaucoup de maturité. Ces épreuves l'ont fait évoluer et changer (comme sa mère d'ailleurs). Il m'a impressionné et je me suis beaucoup attachée à lui. C'est sans doute le personnage qui m'a fait ressentir le plus d'émotions à travers les mots utilisés pour décrire ce qu'il éprouvait et ce qu'il voyait.

Mr Hallorann, le chef cuisinier de l'Overlook Palace, Dick pour les intimes, même s'il n'était pas avec eux dans l'hôtel, il a réussi à se lier d'amitié avec le jeune garçon. Il lui a dit qu'il pouvait l'appeler n'importe quand, il viendrait. C'est un homme loyal et juste, il est dévoué et n'hésite pas à foncer dans le danger pour sauver Danny et Wendy. Il possède le Don, tout comme le garçon. Il a tenté de lui inculquer comme se servir de son aptitude.

Il a une grande force de caractère, car à la fin, l'esprit tente de le posséder, mais il réussit, non sans mal, à le combattre. Contrairement au père du petit garçon. À la fin, j'aime beaucoup la relation qu'ils ont tous les deux, à mi-chemin entre des meilleurs amis et un père et son fils. Et la promesse qu'ils se font est tellement belle et pure ! Cet homme est incroyable ! Il m'a touchée et émue...

L'hôtel -la présence maléfique à l’œuvre- on peut la classer dans les personnages. En effet, il semble avoir une conscience autonome et totalement mauvaise. Pour une raison que l'on ignore, il est attiré par le Shining de Danny. Pour s'emparer de ses victimes, il alterne les phases de séduction, de pression et de terreur. Dans plusieurs passages, on voit les différentes étapes qui s'enchaînent pour que Jack soit entièrement sous sa coupe. La présence use de "bond dans le temps" pour que les victimes se croient toujours en 1945. Ceci dans le but, d'assouvir sa domination et son contrôle.

Alors qu'elle est proche du but, complètement obsédée par le pouvoir du garçon, elle est incapable d'empêcher l'hôtel d'exploser, et ce malgré l'intervention de Jack. Finalement, l'Overlook Palace se consume et les esprits avec. Mais on aperçoit une énorme main noire s'échapper de la bâtisse en feu et flotter dans les airs avant de disparaître. Cela nous laisse supposer que cela n'est pas totalement terminé.

Stephen King a un don indéniable pour l'écriture. J'avais lu son roman "La cadillac de Dolan" au collège et je me souviens que j'avais bien aimé, mais ce n'était pas non plus, un coup de coeur. Mais je l'ai redécouvert avec cette oeuvre littéraire et je ne suis pas déçue bien au contraire ! Jusqu'à présent, c'est le seul à m'avoir fait ressentir autant de sentiments en un seul livre, à part Dracula mon amour de James Syrie (mais ceci est un autre débat). On passe de la joie à la peur, du soulagement à l'horreur. Il maîtrise son univers et son sujet à la perfection.

Le récit est compréhensible, malgré certains mots parfois compliqués, mais dans l'ensemble, c'est clair. Il réussit à instaurer une atmosphère pesante, oppressante rien que par le vocabulaire employé ! J'ai cependant remarqué que sur certaines pages (pas sûre toutes, heureusement !), le verbe "dire" était répété plusieurs fois de suite. Du coup, cela donne une impression de lourdeur au texte qui pourrait être allégé en usant de synonymes.

La petite anecdote intéressante à savoir, c'est que l'auteur a eu l'idée d'écrire son livre à la suite d'un rêve qu'il a fait lors de son séjour dans l'hôtel "Stanley", qui a d'ailleurs fortement inspiré Stephen King pour créer l'Overlook Palace. J'ai beaucoup aimé lire le scénario des aventures de la famille Torrance. On y voit la déchéance de la famille, l'échec du père et sa descente aux enfers.

La mère qui lutte contre son mari pour protéger son enfant. Et Danny qui se retrouve brutalisé, à affronter des choses qui ne devraient pas exister. Le paranormal se mêlant à tout cela rend le récit horrifiant. On a peur à mesure que l'histoire avance pour la mère et l'enfant. On se pose des questions sur le comportement du père. On voit que ce n'est pas normal, que quelque chose cloche, qu'il ne tourne pas rond.

Et lorsqu'on a enfin l'explication, c'est encore pire que ce que l'on a pu s'imaginer. Les émotions que l'on ressent notamment l’oppression est accentuée par le fait qu'ils sont coupés du monde et loin de la ville la plus proche. Leur seul moyen de communication: un vieil émetteur/récepteur. On est dans huit clos. Il nous rend très vite addicts en disséminant par-ci par-là des éléments de réponse, mais aussi en nous rajoutant des questions supplémentaires. Je ne pouvais que très difficilement lever les yeux du livre, tant on est immergé dans l'histoire. Bien que le début pose les bases, beaucoup d'informations arrivent, nous donnant envie d'en savoir toujours plus.

Si vous aimez les fins hard et sanglantes avec un poil de frayeur, vous allez être servis ! Car c'est exactement comme cela que ça se termine. Je ne parle pas de l'épilogue. Finalement, l'Overlook Palace est vaincu par les flammes qui détruisent l'ensemble de l'hôtel après l'explosion de la chaudière. On déplore un cadavre et une fumée noire s'échappent des décombres encore flamboyantes du bâtiment avant de se disperser dans la nuit. Le méchant est peut-être perdu pour le moment, mais il reste tapi dans l'ombre, attendant son heure pour ressurgir et frapper un grand coup. Dans l'épilogue, on retrouve la famille Torrance avec Hallorann.

Ils se remettent progressivement des épreuves qu'ils ont subies. Ils vont d'ailleurs déménager, car Al Shockley a trouvé un poste pour Wendy. J'ai bien aimé la fin et je pense que c'est celle que j'attendais et que j'aurai écrite si j'avais été l'auteur de ce roman. C'est une fin claire, nette et précise.

Conclusion
Une histoire où se mêlent l'horreur et le fantastique. Le thème principal du roman est la désintégration de la cellule familiale, un thème récurrent chez Stephen King. Dans ce bouquin, on a une triple menace entre l'alcool de Jack, le divorce entre Wendy et son mari et la folie qui va s'emparer progressivement du père de Danny. D'ailleurs, cette menace est renforcée par l'isolement de la famille. Les émotions sont tellement fortes et intenses dans cette oeuvre, on se sent concernés et plongés dans le récit, comme si on la vivait en même temps que les personnages.

Je suis absolument conquise par ce tome dont l'auteur a su instaurer la peur et l'épouvante dans un endroit ludique et apaisant. Il réussit à nous faire croire que l'on est en sécurité avant de créer un sentiment de terreur absolu, c'est du pur génie. Ici, le fantastique est là pour servir une intrigue réaliste. L'hôtel hanté par exemple, représente les vieux démons de Jack: à savoir l'alcool, la violence et la folie. Si vous aimez ce genre de romans, foncez !

Citations qui m'ont marqué
«La mort faisait partie de la vie. Et, si l'on n'acceptait pas cette vérité-là, on ne comprendrait jamais rien à la vie. L'idée de sa propre mort est difficile à comprendre, mais elle n'est pas intolérable.»
«La femme, c'était une vieille pouffiasse qui avait au moins soixante piges — mon âge ! Elle avait les cheveux teints, aussi rouges qu'une lanterne de bordel, les nichons qui pendouillaient jusqu'au nombril, vu qu'elle mettait rien pour les tenir, les jambes tellement couvertes de varices qu'on aurait dit des cartes routières et, avec ça, des bijoux des pieds à la tête.»
«La vie est dure, Danny. Le monde ne nous veut pas de mal, mais il ne nous veut pas de bien non plus. Il se fiche de ce qui nous arrive.» Mr Hallorann à Danny
«Ce n'est que quand nous devenons adultes que nous apprenons à nous servir des concepts, laissant les images aux poètes.»
Note
Global : 9,3/10 (Excellent)
Scénario : 10/10 (Superbe)
Histoire : 10/10 (Superbe)
Écriture : 8/10 (Très bon)
Suspense : 10/10 (Superbe)
Originalité : 9/10 (Excellent)
Additivité : 10/10 (Superbe)
Pédagogie : -
Créativité : 9/10 (Excellent)
Personnages : 10/10 (Superbe)
Humour : 7/10 (Bon)
Fin : 10/10 (Superbe)

Cette chronique touche à sa fin, merci de l'avoir lu jusqu'au bout. J'espère qu'elle t'aura plu ? Et toi, connaissais-tu ce livre ? As-tu vu les films ? Lequel as-tu préféré ? Que penses-tu de cet hôtel et de l'entité qui est à l'intérieur ? Penses-tu que si Jack n'avait pas eu un penchant pour l'alcool, il aurait pu résister à la présence maléfique ? Que penses-tu des relations entre Wendy et Jack ? Celle entre Jack et Danny ? Et celle entre Hallorann et Danny ?  Dis-moi tout ceci en commentaire, cela me ferait plaisir. Je t'embrasse très fort, et à la prochaine pour un nouvel article ♥.

Related Articles

10 commentaires:

  1. J'ai adoré le livre Shining de Stephen King, mais beaucoup moins le film. Je trouve que le livre est beaucoup plus détaillé, beaucoup plus sympa et l'ambiance très très glauque. Je me rapelle avoir des cauchemars certains soirs à cause du livre haha. Mais ça reste un de mes livres preferé ! J'ai d'ailleurs beaucoup aimé aussi Docteur Sleep, qui raconte la vie de Danny adulte. Si ce n'est pas déjà fait je te le recommande !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Joyful Dreams,
      Contente de voir que tu l'as bien aimé toi aussi ! Je n'ai pas encore vu les films, mais je suis tentée de les voir afin de faire le comparatif entre les deux. Après, je sais que la version de 1980 de Kumbrick n'a pas été très apprécié par Stephen King et du coup, il a refait un film en 1997. Je ne sais pas si tu l'as vu celui-ci ? Mais effectivement, l'ambiance est très glauque dans ce roman. Alors, j'ai pas eu spécialement de cauchemars, mais effectivement c'était pas la bonne idée que de le lire avant d'aller dormir haha. Je n'ai pas eu l'occasion de lire Docteur Sleep, mais il me tente bien, merci pour la recommandation ;) Merci pour ton passage, des bisous :*

      Supprimer
  2. Coucou ma belle! Alors moi j'ai vu les films, que j'avais adoré. Ils sont eux aussi très poignants et forts en émotions! Ce livre semble retranscrire ces émotions de façon encore plus intense, pourquoi pas me laisser tenter.

    Merci pour cette jolie mise en valeur.
    Belle soirée,
    Estelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ma jolie :D ! Merci pour ta visite, ça me fait plaisir ♥
      Au vu de ton avis sur les films, je pense qu'il va falloir que je les regarde un de ces quatre. Mais effectivement, le livre retranscrit à la perfection les émotions, c'est intense, prenant, on est vraiment plongé dans l'univers. Liasse-toi tenter, tu ne le regretteras pas :).
      C'est normal, ça mérite d'être mis en valeur, surtout vu le travail qualitatif qu'il a fait.
      Bonne journée à toi,
      Bisous

      Supprimer
  3. je suis une grande fan des romans de stephen king, je n'ai pas encore lu celui la merci pour ta revue bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Nour, merci pour ta visite et ton commentaire, c'est gentil ♥ Je suis ravie de t'avoir fait découvrir celui-ci. Pour ma part, je viens de me replonger dans l'univers de Stephen King et je suis accro. Bisous :*

      Supprimer
  4. Alors wow!
    Ta rubrique est genialissime! Merci de me faire re-découvrir Stephan King et me re donner envie de dévorer ses histoires.
    Comme un goute de nostalgie et de reviens y qui me reste dans la bouche!
    Belle journée Yuuki!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello V.Mango, je tiens à te remercier pour ton commentaire ♥ ça me touche beaucoup ! Je suis contente de te le faire redécouvrir. Tu devrais y retourner, vu que tu as l'air de beaucoup aimé son travail. Bonne journée à toi. Bisous :* ♥

      Supprimer
  5. Très détaillé ton compte rendu c'est intéressant. Stephen King assez flippant mais il fait réellement de bonnes choses. Pas trop le temps de lire mais dernièrement le livre Simetierre a été adapté au cinéma et cet écrivain a une patte bien à lui. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Dameskarlette, je te remercie pour ta visite et ce commentaire. Je suis contente de voir que tu apprécies mes critiques. Je peux comprendre, c'est pas toujours évident de se dégager du temps pour lire. Oui j'ai vu aussi, mais je n'ai pas eu l'occasion de lire le roman. En effet, il a une patte bien à lui, inimitable d'ailleurs :). Bonne soirée également, bisous :* ♥

      Supprimer